Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Notre Amap

  • : Les Petits Paniers de Pibrac
  • Les Petits Paniers de Pibrac
  • : Distribution des légumes le jeudi de 18h à 19h au chemin du collège amap.pibrac@gmail.com
  • Contact
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 08:47
Pour donner vos avis et remarques sur les recettes de l'AMAP, laissez un commentaire dans cette rubrique :
Repost 0
Published by Les Petits Paniers de Pibrac
commenter cet article
6 mars 2009 5 06 /03 /mars /2009 15:49

Les Choux

 

Botanique :

Les Choux appartiennent à la famille des crucifères, plus exactement, les  brassicacées,  famille botanique très « nourrissante » puisqu’elle nous donne aussi la betterave, le colza, la moutarde, les radis, le cresson, et j’en oublie certainement…

 

Les choux peuvent être :

-           « pommés » = chou blanc, vert, rouge, pointu,

-          des variétés à feuilles moins « serrées »  = chou frisé et chou chinois

-          des « fleurs » = chou fleur, chou romanesco, brocoli

-          des « bourgeons »= les choux de Bruxelles  (bourgeons qui poussent le long d’une tige)

 

La culture des choux n’a pas peur d’une terre argileuse (heureusement pour nous !), mais Alexandre et Jean-Philippe doivent en modifier le pH (en répandant de la chaux, ce qui est autorisé dans le cadre d’une agriculture proche du « Bio »).

En principe, il faut attendre 3 ans pour replanter le chou sur le même sol.

 

Les choux sont des plantes résistant très bien au froid, excepté les légumes « fleurs » plus fragiles.

 

Côté nutrition

Les choux sont des légumes très riches en éléments nutritifs intéressants et auraient des propriétés de plus en plus reconnues « anti-cancer ».

Eléments minéraux : calcium , potassium, magnésium, fer, zinc, ..

Vitamines : B1, B2, B6, K, et acide folique.

La Vitamine C : selon les variétés jusqu’à 80mg pour 100g cru. Divisez par 2 après cuisson, mais une bonne portion de chou, même cuit, est intéressant ! l’équivalent d’un agrume (40mg à 60mg/100g).

Ils sont aussi riches en fibres et en eau, 80 à 90%.

Chaque variété de chou a ses avantages en chacun de ces nutriments…

 

Particularité des choux : ils contiennent des substances riches en souffre (nom savant : les glucosinolates), à l’origine de la forte odeur dégagée à la cuisson, et à l’inconfort à la digestion chez certaines personnes aux intestins sensibles. C’est pour cela qu’il vaut mieux faire blanchir les choux à l’eau bouillante salée, et sans couvercle.

 

Histoire 

Le scorbut (carence en vitamine C) était la plaie des marins qui ne consommaient pratiquement aucuns produits frais en dehors des escales. Ils se nourrissaient de viandes séchées, et de sortes de biscuits secs, de légumes secs, ou de diverses céréales. Aucun fruit frais à l’horizon !

Dents qui tombent, gencives qui saignent, plaies qui ne cicatrisent pas, hémorragies, etc..le tableau du scorbut allait parfois jusqu’à la mort. On parle de plus de  

En 1536, Jacques Cartier avait perdu beaucoup d’hommes d’équipage en allant au Québec.

Un médecin écossais, James LIND, préconisait dès les années 1747 l’utilisation de citron ou d’orange pour guérir les marins. Pas facile d’en trouver partout à l’époque.

«Ainsi, pendant la seule guerre de Sept Ans, (1756-1763), si 1 512 matelots britanniques moururent au combat, 133 708 périrent du scorbut. » [ http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/8766.shtml ]

Les marins au long court du Capitaine COOK notamment, emportaient du choux fermenté (sorte de « choucroute ») dans des fûts : ils avaient ainsi le minimum vital de vitamine C.

 

Quelques expressions

-          « Les enfants naissent dans les choux » : dans l’Antiquité, les Grecs portaient une soupe aux choux aux jeunes mariés…peut-être une explication ? et donnent  9 mois plus tard « un bout de chou » !

-          « Faire chou blanc » ou « tomber dans les choux » faire une erreur, revenir bredouille ou au contraire « faire chou gras ».

-          « bête comme chou » le chou était tellement commun…que c’est facile à comprendre

-          La « feuille de chou » = la feuille de journal, avec un petit côté péjoratif pour le journal !

 

 

Bientôt, plus de détails sur les différentes variétés :

                                                                       brocolis, chou fleur, romanesco…

Repost 0
Published by Les Petits Paniers de Pibrac - dans Légumes de saison
commenter cet article
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 14:22
En suivant ce lien, vous trouverez les réponses aux questions les plus couramment posées sur l'AMAP :

AMAP : Questions / Réponses les plus courantes
Repost 0
Published by Les Petits Paniers de Pibrac - dans Définitions
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 14:12
C'est un comité de bénévoles qui participe au fonctionnement de l'AMAP .
Ses rôles sont d'assurer le lien avec les producteurs pour la communication et l'information, de rechercher d'autres consommateurs, de prendre les inscriptions, d'organiser la distribution, etc.
Ils sont liés par un contrat dans lequel l’agriculteur s'engage à fournir aux consommateurs un panier par semaine de produits à un prix équitable définis en toute transparence, tandis que les consommateurs s'engagent en toute connaissance des diverses contraintes à effectuer une permanence à l'accueil de la distribution.
Repost 0
Published by Les Petits Paniers de Pibrac - dans Définitions
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 14:12
Les mangeurs de l'AMAP  "les Petits Paniers de Pibrac" s'engagent :
• financièrement à travers l’achat à l’avance d’une partie de la récolte sur une période de 6 mois (saison été, saison hiver) ;
• économiquement et moralement à travers la solidarité avec l’agriculteur dans les aléas de la production (partage des risques et des bénéfices naturels) ;
• associativement par leur participation à la vie de la structure (gestion des souscriptions, organisation des distributions de paniers, communication, animation...).
Repost 0
Published by Les Petits Paniers de Pibrac - dans Définitions
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 14:11
Alexandre et Jean-Philippe cultivent les légumes distribués à l'AMAP  "les Petits Paniers de Pibrac" sur des terres situées à  Pibrac  et Aussonne. Ils s'engagent :
• techniquement et économiquement de fournir des produits de haute qualité (nutritionnelle, organoleptique, environnementale et sociale) chaque semaine dans le panier des mangeurs;
• associativement de s’investir dans la vie du groupe (rôle pédagogique, animation, information…) ;
• d’assurer une transparence sur la vie de leur exploitation (situation économique, origine des produits fournis, méthodes de production utilisées).
Repost 0
Published by Les Petits Paniers de Pibrac - dans Définitions
commenter cet article
24 février 2009 2 24 /02 /février /2009 14:08
Une Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne (AMAP), est un partenariat fondé sur un engagement réciproque et solidaire sur le long terme entre un groupe de citoyens mangeurs et la famille de paysans qui les nourrit.
Un contrat est établi dans lequel chaque consommateur achète en début de saison une part de la production qui lui est livrée périodiquement à un coût constant.
Le producteur s’engage à fournir des produits de qualité dans le respect de la charte de l’agriculture paysanne.

Brochure de présentation des AMAP en Midi-Pyrénées :

Repost 0
Published by Les Petits Paniers de Pibrac - dans Définitions
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 16:56

La petite histoire :

La plante serait originaire d’Asie mineure. Les Grecs et les Romains l’utilisaient plutôt à titre thérapeutique (pour l’acuité visuelle). Elles étaient blanchâtres, fibreuses…

Très consommée au Moyen âge car peu coûteuse et rustique.

Il faudra attendre la Renaissance  et jusqu’au milieu du XIXème siècle pour voir apparaître des variétés plus colorées et plus appétissantes, bien meilleures !

 

Côté nutrition :

Légume racine, donc concentré en éléments nutritifs, l’apport calorique reste modéré (33 Kcal/100g) car elle est riche en eau  et en fibres douces (pectines) 3g/100g. C’est cette teneur en pectines qui lui donne ses qualités de régulation du transit (diarrhées aussi bien que constipation).

Protéines = g/100g

Glucides = 7 à 8 g/100g

Pro vitamine A = 12 mg/100g

La carotte est bien connue également pour sa richesse en pro vitamine A appelée Carotène ! Plus la carotte est colorée, plus elle en contient.

Conseils de préparation :

Ø  Comme beaucoup de légumes, il est préférable de les consommer rapidement pour conserver tous les bienfaits de sa teneur en vitamines. Les carottes primeurs se conservent moins bien que des carottes plus rustiques de terre !

Ø  Eplucher finement les carottes ou mieux les gratter (les vitamines sont plus concentrées sous la peau), les laver mais éviter de les laisser tremper après (vitamines et minéraux partiraient dans l’eau !).

Ø  Crues râpées, assaisonnées avec une vinaigrette ou sauce avec un filet de jus de citron (l’acidité du vinaigre ou du citron empêchent qu’elles noircissent).

Ø  Cuites, entrent dans beaucoup de plat mijotés, potages, purées, potées, …

 

Nous avons la chance de consommer des carottes cultivées par Alexandre et Jean-Philippe : ils évitent les engrais « classiques » qui imprègnent les légumes de nitrates et en particulier les légumes racines comme la carotte.

Les jeunes enfants peuvent donc en consommer contrairement aux carottes de culture intensive du commerce.

Repost 0
Published by comite de pilotage - dans Légumes de saison
commenter cet article
20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 16:48

D’un point de vue botanique :

La plante est une Solanacée c’est à dire la même famille que la Tomate, mais aussi de certaines plantes réputées pour leur poison comme la Belladone. Et effectivement les fleurs et les feuilles sont toxiques. 
Il existe 300 variétés de pommes de terre .

La petite histoire

En fait c’est une grande et longue histoire, passionnante que celle de la pomme de  terre !

Quelques extraits :

Les Incas cultivaient la Pomme de terre (la « papa » )dans la Cordillère des Andes déjà 800 ans avant JC.

En 1570,  elle traverse l’Atlantique pour débarquer en Europe d’abord avec les Conquistadores, avec le maïs, le chocolat, la tomate et le dindon (petit clin d’oeil!).

Son expansion commença doucement par l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie.

Puis plus tard, elle retraverse l’Atlantique avec les Anglais (via le Mexique et l’Amérique du Nord) pour se propager dans le Nord de l’Europe puis la France.

 

On l’appelait « taratufli », petite truffe, ce qui donna « tartifoli » en italien (et notre « tartiflette»), « kartofel » en allemand, et « cartoufle » en français.

 

Il a fallu du temps avant de l’adopter car au début on l’accusa de donner toutes sortes de maladies ; entre mauvaises utilisations, mauvaises conservations et croyances (« elles donnaient la lèpre » !!!)… C’était un aliment peu connu et souvent réservé aux animaux.

Louis XVI devra goûter les plats confectionnés par Parmentier avant de l’accepter définitivement à sa table.

Plus difficile sera de convaincre tous les Français des avantages de ce tubercule qui permettront de lutter contre les famines endémiques liées au ravages dans les cultures de céréales.

Les Irlandais en avaient fait leur aliment principal, aussi les attaques du mildiou et des doryphores  vers 1850 furent dévastatrices et entrainèrent les vagues d’émigration vers l’Amérique.

 

Aujourd’hui, la France est 3ème producteur européen de Pomme de terre derrière l’Allemagne et la Grande Bretagne.

Si vous êtes passionnés, plusieurs sites intéressants :

-          Très détaillé :  http://www.cosmovisions.com/pommedeterreChrono.htm 

-          Par les producteurs de Pdt : http://www.cnipt.com/index.php?module=rubs&id=1

-          La Truffole ardéchoise : http://www.truffole.fr/

-          Les pérégrinations gastronomiques de P. Chazallet : http://www.chazallet.com/web_patchaz/appli/view_content.asp?cid=93

Côté nutrition

La pomme de terre est un tubercule, la réserve en Glucides des végétaux, donc riche en amidon : 20% de Glucides « dits lents »(*). On la classe donc dans les féculents et non dans les légumes, d’un point de vue nutritionnel.

(* le concept Glucides lents-Glucides rapides est très suggestif et l’on parle actuellement d’Index glycémique, avec de très grandes variations pour la pomme de terre en fonction de son mode de préparation )

Protéines, 2g/100g, et fibres, 1.5g pour 100g.

Apports intéressants en Vitamines du groupe B (B1, B2, B3 et B6), Potassium et un peu de Fer.

L’atout caché de la pomme de terre, c’est sa teneur en vitamine C : 10 à 15 mg de vit C /100g. Cette teneur n’est pas négligeable puisqu’une ration de pomme de terre est de 200 à 300g (selon l’appétit et l’âge) de celui qui la consomme. Autrement dit, 15 à 30 mg de vit C et on arrive au tiers du besoin journalier dans cette vitamine. Aujourd’hui nos apports se font, l’hiver, avec les agrumes, kiwis et autres fruits qui sont en abondance dans notre alimentation ; mais autrefois c’était un apport important !

Remarques :

-          ce taux en vitamine diminue au fil des mois de conservation. Les pommes de terre nouvelles du printemps en contiennent beaucoup plus que les dernières utilisées après stockage et ce dans de bonnes conditions.

-          Il diminue également en fonction du mode de préparation (entière > en morceaux > en purée) et de cuisson (vapeur > sautée > frites)

La valeur calorique pour 100 grammes de pommes de terre est de 85 Kcal. Par comparaison, la valeur calorique du riz est de 87 Kcal et celle des pâtes de 114 Kcal. La pomme de terre ne fait donc pas grossir à condition de la préparer simplement  (100g de Pomme de terre en robe des champs, 80 Kcal ; Frites, 280 Kcal ; Chips, 570 Kcal )

Conseils de préparation 

Attention si mal conservée, si elle devient verte => poubelle ! car cette couleur indique la présence d’une toxine.

Donc la conserver à l’abris de la lumière et au sec, surtout pas dans un sac plastique!

Température idéale entre 4 et 8°C : le bas du réfrigérateur convient très bien pour les petites quantités. Une cave ou un garage frais pour les plus grandes..

·         La cuisson à l'eau se fait dans de l'eau froide salée.

·          Les pommes de terre doivent être cuites avec leur peau pour conserver les sels minéraux et les vitamines.

·         Il faut sécher les pommes de terre avec un torchon avant la cuisson.

 

Autres petits truc « de grands-mères »

·         Pour rendre mangeable un plat trop salé, mettre 2 pommes de terre épluchées, elles absorberont l'excès de sel.

·         Les pommes de terre nouvelles se conservent au réfrigérateur dans un sac en papier brun, ou du papier journal, qui absorbera l'excès d'humidité.

·         Vous pouvez raviver les couleurs d'une peinture à l'huile avec une pomme de terre coupée en deux.

·         Utilisez l'eau de cuisson de pommes de terre épluchées pour nettoyer l'argenterie, ou désherber.

·         Faites bouillir des épluchures de pommes de terre pour supprimer les traces de calcaire d'une casserole.

 

 

>>>Voir aussi le Tableau des utilisations de la pomme de terre en fonction de la variété :


 

 

Repost 0
Published by comite de pilotage - dans Légumes de saison
commenter cet article